Augmentation mammaire sans chirurgie : lipofilling ou Breastox ?

Nul ne peut nier les efforts qui sont déployés dans le domaine de la chirurgie esthétique pour simplifier les interventions en les rendant moins longues et moins douloureuses. Le lipofilling mammaire, on le savait, était une belle alternative à l’augmentation mammaire par pose d’implants. Depuis ces dernières années, l’injection de Botox dans les seins a produit une nouveauté dans la chirurgie mammaire, la Breastox. Si les patients dans un cas ou dans l’autre peuvent augmenter le volume des seins sans recours à la chirurgie, en quoi consistent ces techniques ?

Le lipofilling des seins

La technique d’injection de graisse est ancienne. Elle a plus d’une vingtaine d’années. Le prélèvement et la réinjection de graisse est une technique de comblement et de remodelage. La poitrine, les fesses ou le visage sont les endroits de prédilection d’injection de graisse.

Le principe d’autogreffe des seins consiste à pratiquer une liposuccion des cuisses, des hanches, du ventre ou de toute autre zone marquée par la présence de graisse excédentaire et de réinjecter dans la poitrine. Il s’agit d’une intervention sollicitée par les femmes qui veulent augmenter leurs seins sans se faire remarquer, et qui souhaitent une technique naturelle d’augmentation des seins, c’est-à-dire, qui veulent éviter les implants artificiels. Le résultat est naturel et définitif.

L’injection de Botox dans les seins

Au moins le Brexit ne nous a pas volé la Breastox gracieusement offert par les britanniques ! Car, il se trouve que, certaines femmes désirent augmenter le volume de leurs seins juste pour une « saison » (le temps de leurs vacances à la plage ?). C’est pourquoi elles se font injecter désormais le Botox, non plus pour le traitement des rides, mais dans les seins. Technique d’augmentation mammaire sans chirurgie venue d’Angleterre, la Breastox, nous dit-on, permet en quelques minutes seulement, d’avoir une grosse poitrine, et surtout des seins plus toniques et plus fermes. Pour ce faire, on réalise dans les muscles pectoraux une injection de Botox. En 30 mn tout est fait. Aucune douleur ressentie, et le patient peut reprendre le cours de sa vie immédiatement.

Mais, pour de nombreux spécialistes, cette technique mise au point le Dr Neetu Nirdohsh, n’est pas sans susciter quelques questionnements. La France n’a pas hésité à manifesté très clairement son scepticisme quant à la possibilité d’agrandir sa poitrine par ce moyen. Par la voix du Dr Charles Volpei, l’un des hauts cadres de la Société des plasticiens français, il y avait anguille sous roche. Il parlait même d’une « arnaque ». Aussi, faut-il trancher la question avec son chirurgien préalablement.